La forêt de Chinon au moyen âge

Au XIIIe siécle, les pauvres et les manants connurent la paix grâce à la charité du trés populaire roi Saint Louis. Le siécle qui suivit fut celui de la Guerre de 100 ans. Sombre période, pendant laquelle notre pays subit les pires dévastations, massacres, famines et épidémies dont la peste noire qui décima deux-tiers de la population.

Pour juger de la rudesse de cette époque aventurons-nous en forét de Chinon d'aprés une description de Mabille. C'était antan, un monde, d'abord par sa superficie. "Primitivement, elle commençait à l'ouest entre la Loire et la Vienne, depuis Huismes jusqu'à Chinon et s'étendait à l'est jusqu'à Thilouze, Villeperdue et Ste Catherine-de-Fierbois."
On appelait ce vaste espace boisé "la forét de Teillay " (mot voulant dire "tilleul", arbre vénéré des Gaulois). Elle était divisée en Haute-Forêt (sur les territoires actuels de Cheillé et de Rivarennes) possédés indivis antre le roi et l'archevéque de Tours, et en Basse-Forêt, zone entourant St Benoit entiérement propriété du roi.

Les habitants de ces trois paroisses y avaient des droits : pacage (droit de faire paître les bestiaux), panage (droit d'envoyer les porcs à la glandée), bois-mort et mort-bois -le bois-mort étant "celui où estant où gisant" et le mort-bois "les aulx, marsaulx, épine, seur, aulne, genest, geniévre et ronches"-(ordonnance de louis X en léan 1315).
En échange de ces droits, les quatre gardes fieffés percevaient : un sol de rente par habitation, trois boisseaux d'orge sur les tenures où l'on labourait avec des boeufs et six sols sur celles où l'on se servait seulement des chevaux.

Y tuer du gibier était absolument défendu. Sangliers, cerfs et chevreuils abondaient. Les loups seuls (et les braconniers) limitaient l'importance des hardes.
Cé'était le paradis des chasseurs à courre, paradis limité aussi par l'absence de routes. Les belles allées forestières que nous connaissons n'existaient pas et on n'y trouvait que de vagues sentiers serpentant entre les broussailles et les marais. Aussi qualifiait-on notre forêt de "lieu fort farouche".

Nos péres, crédules et superstitieux, ne passaient dans certains coins qu'en tremblant. C'étaient la Fontaine-aux-Dames (aux Fées ...), le Maupas (mauvais pas), la Croix-de-la-main (Malis Manus = le fantôme), le Chéne du Luminaire (Feu folet ...), etc ...
D'autres fois, s'ils l'évitaient, c'était par crainte pour leur bourse ou leur peau, tels les endroits dits "le Carroi des Larrons" ou "la Fosse aux Loups".

En ce temps de guerres perpétuelles, chacun s'en écartait d'autant plus que les Anglais, vers 1370, y avaient établi un camp fortifié appelé aujourd'hui encore "le Fort-des-Angloys", vaste quadrilatére de trois cents pas sur deux cents, ceint d'un fossé et d'un talus, autrefois couronné d'une palissade. De là, ils surveillaient les deux vallées de l'Indre et de la Vienne, détroussaient, rançonnaient et pendaient ("le Chéne du Pendu" n'est pas loin).

Les brigands pullulaient aussi en forêt de Chinon. Encore au XVIe siécle, Gilles Berthelot seigneur d'Azay, demande au roi la permission de fortifier le bourg de la Chapelle contre : "les mauvais garçons, larrons publics, espieurs de grands chemins et aultres vagabonds mal vivants, qui font souvent des noises, pilleries, larcins, outraiges à l'occasion que le dit bourg n'est ni clos, ni fermé de portes et de murs et les dessus nommés peuvent se retirer aprés qu'ils ont délinqué dedans les grands forests de Chinoné".

Nous contacter

Info mairie St BenoitVous souhaitez poser une question ou nous faire part d'un commentaire, n'hésitez pas à nous contacter en cliquant sur le lien ci-dessous.

Contact

Newsflash

CAF Indre et Loire
Le Relais des Assistantes Maternelles (RAM) informe les parents sur les possibilités de garde. Il propose des ateliers ludiques à la salle des fêtes ou dans la plaine des Pérées.
A Saint-Benoît 7 assistantes maternelles proposent 25 places d'accueil.

En savoir plus

Nous contacter

Info mairie St BenoitVous souhaitez poser une question ou nous faire part d'un commentaire, n'hésitez pas à nous contacter en cliquant sur le lien ci-dessous.

Contact

Droit d'accès

Toute personne citée ou photographiée sur ce site dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant (Loi n° 78-17 du 06/01/78...)

Plus de détails

Les cookies sont de petits fichiers texte que votre ordinateur télécharge à chaque fois que vous visitez un site Web.
Lorsque vous retournez sur des sites Web, ou que vous vous rendez sur des sites Web utilisant les mêmes cookies, ceux-ci reconnaissent ces cookies et donc votre ordinateur ou votre périphérique mobile.